I love my body I love myself

[Course] #1 – Pourquoi j’ai commencé ?

Il y a plus de deux ans (déjà !), j’ai fait ma deuxième année de master en Erasmus. Je suis partie à Milan avec des rêves plein la tête. Sincèrement, entre les voyages, les fêtes, les gens rencontrés, le temps passé dans mon appartement et le peu de cours que j’avais, j’ai laaaargement profité !

En Italie existe le concept merveilleux d’aperitivo : pour 10€, tu sirotes ton cocktail ou ta bière et tu as accès à un buffet à volonté. Buffet qui est composé de pizzas, foccacias, pâtes et risotto en tout genre, et quelques fois un gâteau au chocolat ou un tiramisu. Évidemment, c’était le lieu de rendez-vous de tous, pour ensuite aller ailleurs, boîte, café, autre bar… Sans compter les restos moins chers qu’en France, la découverte des spécialités nationales des ami.e.s et les spécialités culinaires de toutes les villes italiennes qu’on a visité !

Et qui dit manger, dit grossir. Et j’ai beaucoup grossi. En soi, ce n’est pas un problème. Mais j’ai fini par refuser de regarder le miroir et j’ai passé tout le printemps et un bout de l’été en jeans. Hors de question de porter des robes ou des jupes, dans lesquelles je ne rentrais presque plus. Mon poids me gênait trop. J’ai finalement décidé qu’une fois rentrée en France, j’allais m’acheter une balance – cet outil détesté -, estimer que ce poids était le maximum que j’allais atteindre dans ma vie, et maigrir.

Ce que j’ai fait.

Je suis rentrée chez moi, j’ai déjà acheté une balance et j’ai arrêté de manger comme en Italie. J’aurais bien voulu perdre énormément en deux mois pour commencer ma nouvelle année dans les meilleures conditions mais obviously c’était une méga mauvaise idée. J’ai commencé par nager me doutant bien que je pourrais pas courir très longtemps… Et un mois plus tard, mes premières séances duraient 15 minutes pour même pas 2km.

Septembre 2016, j’arrive à Strasbourg.

Plus de piscine,je me suis mise à courir dans la semaine. D’abord une fois, puis deux et après trois. Et en fait, je ne me suis plus souciée de mon poids. Moi, la non-sportive dans le déni, je me suis mise à courir 3 fois par semaine simplement parce que j’aimais ça. Et que c’est toujours le cas. J’aime ça parce que la course m’a permis d’aimer de nouveau mon corps, en apprenant à l’écouter et aussi à me dépasser. La body positivity pour moi, c’est trouver un moyen de se réapproprier son corps.

Aujourd’hui, je cours deux fois par semaine (travail, transport, flemme…) mais j’en suis à 7km selon les sorties et entre 30 minutes à une heure les bons jours. J’ai tellement accroché que j’ai pour objectif de courir un marathon. Pas maintenant, pas tout de suite, sûrement pas cette année.

Parce que l’objectif 2018, ce sont les 20km de Paris et j’ai hâte de te le raconter.

1 Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: